Une bretonne entrepreneuse

être photographe, c’est être une femme entrepreneuse

Entrepreneuse versus photographe.

Il y a deux ans, j’ai participé à un atelier de Noëlle Corrier & Jean-Luc Bellalin sur l’artisanat d’art. Ils ont introduit l’atelier en expliquant comment fonctionne notre cerveau créatif. À 35 ans, j’ai compris comment je fonctionnais ! Quelle chance de les avoir croisés.

Ce qu’il faut comprendre c’est que nous ne fonctionnons pas tous pareils et c’est tant mieux. Moi, je suis née avec un cerveau qui propose plus une vision de la vie créative, l’imaginaire est très développé et bien évidemment une sensibilité accrue. Pratique lorsqu’on est photographe ^^

Je m’amuse à dire que je n’ai pas fait exprès d’être photographe, c’est l’outil que j’ai trouvé pour m’exprimer et être dans ce monde.

Créative ne s’oppose pas forcément à entrepreneuse.

Mais lorsque l’on veut vivre de notre passion, il faut pouvoir revêtir sa casquette d’entrepreneuse. Savoir gérer une activité pour qu’elle soit viable, être commerciale, être community manager, web master, conseillère, commerciale, pédagogue… Et bien tous ces métiers s’apprennent.

C’est pourquoi, j’ai choisi de m’entourer d’un réseau inspirant.

Paysage breton, belle ile, un homme regarde le paysage

La force d’un territoire économique breton

Vous l’avez compris, il a fallu que je me forme sur le terrain à entreprendre. La chance que nous avons en Bretagne, c’est que les gens sont solidaires et travaillent en réseau.

Photographe entrepreneuse, je me suis très vite inscrite dans la dynamique économique bretonne avec Femmes de Bretagne et aujourd’hui Bouge ta Boîte. Deux réseaux exceptionnels pour se former à l’entrepreneuriat et s’épanouir.

La Bretagne terre de réseau et de solidarité

Nous avons la chance en Bretagne, de se fédérer et de travailler en réseau.C’est pourquoi en tant que femme, j’ai eu très vite envie de m’inscrire dans des réseaux ancrés au territoire Breton comme Femmes de Bretagne et aujourd’hui Bouge ta boîte. Je suis créative mais en tant que photographe, je dois avoir une casquette d’entrepreneuse pour pouvoir vivre de mon savoir-faire.

Le fait de côtoyer des femmes cheffes d’entreprise, qui pilotent des grandes entreprises, parlent de chiffres et de stratégies me fascinent. Elles m’inspirent ! Côtoyer régulièrement ces femmes qui ont des parcours professionnels exceptionnels me permet de me dire « et pourquoi pas moi . Et ça fonctionne, aujourd’hui, j’ai eu plusieurs prix dont la distinction de Portraitiste de France. Je suis optimiste pour demain car je suis bien entourée.

portrait d'equipe, lezeko